Notre escapade en VALLÉE D’OSSAU

Notre escapade en VALLÉE D’OSSAU

Notre escapade en VALLÉE D’OSSAU

Il fait chaud cet été. Si chaud que nous partons chercher de la fraîcheur en altitude. En route pour la VALLÉE D’OSSAU et plus précisément ARTOUSTE.

Il s’agit d’une station de ski. Notre excursion démarre par la télécabine qui nous monte à la gare du petit train d’ARTOUSTE. Jack n’a même pas peur…

Arrivés au sommet, nous pouvons admirer le pic du midi d’Ossau.

 

Pic du midi d’Ossau Altitude 2 884 mètres.

Pas le temps de flâner, l’heure du départ a sonné, nous embarquons dans le train le plus haut d’Europe pour un voyage d’environ 55 minutes.

 

Plus haut train d’europe

Ligne de chemin de fer plus haute d’Europe

Le train est très rustique, sa locomotive bruyante sent l’essence. Jack apprécie aussi et guette.

Tout au long du parcours nous admirons les paysages au cœur de la montagne. C’est splendide, nous ressentons beaucoup d’humilité face à la grandeur des sommets qui nous entourent. Cette nature majestueuse est fascinante mais aussi mystérieuse.

Nous avons même l’immense chance d’apercevoir une marmotte sur son rocher prenant la pose. C’est génial de croiser ces animaux dans leur milieu naturel, plutôt que dernière les grilles d’un zoo.

 

Petit voyage dans le train

Le billet de train est tout de même un peu cher, 25€/personne, mais cette beauté de la nature a t-elle un prix ?

Au terminus nous empruntons un sentier qui mène au lac d’Artouste. Nous profitons de cette pause pour admirer la beauté des lieux : un lac immense, de l’eau turquoise qui glisse vers un bleu profond, des pâturages et les Pyrénées qui se dressent autour de nous comme des remparts. Nous faisons le vide !

 

Le lac d’Artouste est un lac naturel, d’origine glaciaire, de la vallée d’Ossau.
Il est situé à 1 997 m d’altitude.
Il est bordé sur trois de ses quatre côtés par le Parc national des Pyrénées. (wikipedia)

Nous trempons les pieds dans cette eau claire pour nous rafraîchir. Cela fonctionne bien puisqu’elle doit être à 14°C. Quelques courageux font trempette mais ils sont peu. Au bout d’une heure et quarante minutes nous devons reprendre le train. Nous voyons maintenant le cœur des montagnes sous un autre angle et découvrons d’autres joyaux de la nature… et encore une marmotte que Jack a débusqué.

La tête pleine d’images grandioses nous trouvons un spot le long d’une rivière vers LARUNS. Il y a déjà du monde qui pique nique mais ils ne resteront pas la nuit. Seul un couple qui dîne au coin du feu couchera ici. Très serviables et sympathiques, ils nous laissent profiter de leur feu. Nous faisons donc griller notre bœuf au feu de bois. Un délice !

 

Posé à l’ombre au bord d’une rivière.

Nous avons dormi comme des bébés grâce à la fraîcheur (cela change des nuits perturbées par des draps collants et une peau moite ). Bien reposés, nous entamons notre randonnée. Très agréable le matin, gravir les sommets pyrénéens devient difficile à l’heure du déjeuner en raison de la chaleur ( mais du manque d’entraînement aussi ! )

Après près de 4 heures de rando, nous revenons au van « séchés ». Même Jack, le cabri, a du mal à avaler les derniers mètres sur le bitume brûlant. Mais quelle bonne fatigue, la rando nous vide des soucis du quotidien.

Nous ne nous lassons pas de nos Pyrénées. Chaque vallée nous offre un nouveau spectacle. Même si notre cœur penche vers le Pays basque, la vallée d’Ossau est à retenir pour des prochaines randonnées.

Parc national des pyrénées

Sandra

38 ans - responsable administrative - Intérêts : voyages et découvertes, gastronomie, randonnée, animaux. "Courageuse mais pas téméraire".

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :